Automédication : un encadrement à sécuriser

le
0
Le pharmacien est le référent naturel en matière d'automédication mais il n'a pas toujours le temps d'interroger en détail son client et ce dernier ne prend que trop rarement la précaution de lui poser des questions.

Certains médicaments ne sont vendus que sur ordonnance, d'autres, dits «de prescription médicale faculta­tive» (PMF), accessibles aussi en automédication ; certains remboursés par la Sécurité sociale, d'autres non. Un médicament peut n'être délivré que sur ordonnance mais pas remboursé, ou en PMF mais remboursé s'il est prescrit. Pour la même molécule soignant les mêmes troubles, cer­taines spécialités sont remboursées sur prescription, et d'autres non. Les PMF regroupent des médicaments développés pour l'automédication, d'autres déremboursés, souvent pour inefficacité, ou «délistés» car assez sûrs pour passer en PMF. Difficile d'y voir clair!

Comment, alors, rendre plus sûre l'automédication? Sur 11 000 spécialités, près de la moitié sont e...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant