Autolib' : Volkswagen reconnaît des «tests»

le
0
INFO LE FIGARO - Comme BMW, le constructeur nie tout espionnage. Son nom avait aussi été cité par les techniciens arrêtés à Paris.

Hasard du calendrier, l'affaire Autolib', révélée parLe Figarolundi soir, est tombée dans le domaine public au moment même de l'ouverture du salon automobile de Francfort. Rappelons que la polémique est née d'une plainte pour espionnage industriel déposée le 5 septembre par le groupe de Vincent Bolloré, qui a conçu et administré le parc des voitures électriques à Paris.

En cause: le comportement d'une société d'ingénierie germanique basée à Aix-la-Chapelle, P3-Group, dont plusieurs «techniciens» allemands se sont intéressés de très près aux bornes de rechargement Autolib' dans la capitale durant l'été, pour y brancher du matériel électronique, sans même avoir averti le groupe Bolloré. Or ce sous-traitant était missionné par la maison mère de BMW en Bavière. En tout cas, pour une large part de ses interventions.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant