Auto-entrepreneurs : Sylvia Pinel persiste et signe sur la limitation dans le temps

le
14
Auto-entrepreneurs : Sylvia Pinel persiste et signe sur la limitation dans le temps
Auto-entrepreneurs : Sylvia Pinel persiste et signe sur la limitation dans le temps

La ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, a affirmé ce dimanche son intention d'étendre la limitation dans le temps du statut d'auto-entrepreneur au-delà du seul secteur du bâtiment. Des propos qui alimentent un sentiment de cacophonie gouvernementale face à la fronde des «Poussins» comme se sont baptisés des auto-entrepreneurs opposés au projet de réforme de leur statut.

Ainsi, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait tenu des propos inverses le 31 mai. Il avait promis que seuls les auto-entrepreneurs travaillant dans le secteur du bâtiment verraient leur activité limitée dans le temps.

Chargée de piloter la réforme de ce statut qui permet de créer de façon simple et rapide une entreprise avec un régime fiscal avantageux, Sylvia Pinel a pris le contrepied du chef du gouvernement. A la question de savoir si la limitation dans le temps s'appliquerait à d'autres secteurs, la ministre a répondu sans ambiguïté : «Oui».

La coiffure, le bâtiment ou la réparation d'automobile concernés

Invitée à préciser ses intentions, la ministre a évoqué «pour schématiser ceux de l'artisanat, ceux où il y a une exigence de qualification, une obligation d'assurance, un enjeu de santé ou de sécurité pour le consommateur». Et de préciser que les secteurs de la coiffure, du bâtiment ou de la réparation d'automobile étaient ainsi concernés. Mais cette liste n'est pas exhaustive a poursuivi la ministre «sinon, on va avoir tendance à considérer que c'est ces trois secteurs là et qu'il n'y en a pas d'autres, alors que l'objet de la concertation, c'est justement de définir les secteurs sur lesquels il y a ces enjeux.»

Un accompagnement des auto-entrepreneurs

Mme Pinel, qui planche depuis plusieurs mois sur le dossier, a proposé dès avril que le régime de l'auto-entrepreneur soit limité en durée, lorsqu'il concerne une activité principale quelle qu'elle soit, afin d'encourager la création à terme de sociétés...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le lundi 3 juin 2013 à 07:59

    fringuée comme à St Denis la dame

  • M6860185 le lundi 3 juin 2013 à 06:36

    les cadres sup retraités avec leurs confortables retraites peuvent vendre leur prestation à n'importe quel prix, c'est juste pour s'occuper et faire un peu d'argent de poche. Ils n'ont aucune contrainte juridique de déclaration et d'urssaf.

  • dupon666 le lundi 3 juin 2013 à 03:48

    Le seul but du statut d'entrepreneur est de faire baisser les stats du chomage...60% des indemnités dues et tu sors du systeme..On sait tres bien que 70% des autoentrepreneurs ne gagnent rien et ne font rien à part depenser leur capital cadeau de pole emploi

  • M4630859 le lundi 3 juin 2013 à 03:04

    J'ai fait les deux, auto et eurl, et bien il n'y a pas beaucoup de différence coté impôts et charge, c'est juste un peu plus simple en auto, car moins de papier et pas de comptable.

  • oratio le lundi 3 juin 2013 à 01:37

    Plutôt que de limiter, que l'assurance pro soit obligatoire, de nombreux AE sont assurés : cela serait normal. Un AE n'a ni le temps ni les moyens de faire de la comptabilité sophistiquée, il a assez de mal à gagner sa vie. Et dans le bâtiment, il faut savoir qu'il y en a pas mal qui sont " intérimaire freelance" pour des sociétés. Que veut cette ministre : la recrudescence du "black" ??? et moins de cotisations RSI pour ses caisses !!!!!!

  • oratio le lundi 3 juin 2013 à 01:29

    Gouvernés par des incapables qui n'ont JAMAIS produit la moindre valeur ajoutée. Bien au contraire, il faudrait augmenter les seuils de l'auto-entreprise (au moins 150 k€ pour la vente et 100 k€ pour le service) pour permettre à ces travailleurs d'envisager d'embaucher avant un passage en société. Mais en plus, il faudrait permettre un système simple pour faire les salaires (type CESU). Le petit entrepreneur est à fond dans son job, en période difficile, il faut avant tout lui simplifier la vie

  • pichou59 le dimanche 2 juin 2013 à 23:55

    wikipédia : Ses centres d'intérêts parlementaires tournent autour des problématiques de la justice, des prisons, de la sécurité sociale

  • M1310580 le dimanche 2 juin 2013 à 23:10

    La question est quel pourcentage des autoentrepreneurs vont arrêter pour continuer au noir, combien vont passer à l'entreprise ?Sinon les jambes pas trop mal, mais la tête pas terrible la ministre, elle à l'air suffisante

  • mars4 le dimanche 2 juin 2013 à 22:49

    Je pense que le problème est plutôt du coté des règles démentes que dans le statut des autos entrepreneurs.

  • M6860185 le dimanche 2 juin 2013 à 22:43

    elle a raison, concurrence déloyale insupportable pour les petites entreprises. essayez de vous taper l'URSSAF et autres subtilités des impots. Impossible de se passer d'expert comptable avec ces régles démentes. et l'ingénierie est aussi concernée. les retraités qui ont des revenus considérables font une concurrence infernale.