Australie-Vers une IPO record dans le cinéma, Netflix attendu

le
0

SYDNEY, 15 octobre (Reuters) - Un fonds d'investissement australien prépare pour début 2015 la plus importante introduction en Bourse d'une chaîne de cinéma, malgré le déclin d'un marché déjà plombé par le piratage et menacé par le déploiement de Netflix NFLX.O . Pacific Equity Partners espère convaincre les investisseurs que cette mise sur le marché constitue une voie de salut pour les cinémas australiens qui ont déjà résisté aux services de diffusion en streaming comme iTunes d'Apple AAPL.O et aux divertissements meilleur marché comme le jeu vidéo. Le fonds d'investissement envisage de sortir du numéro deux australien des exploitants de cinéma, Hoyts, à l'occasion d'une IPO qui pourrait valoriser l'entreprise. jusqu'à 800 millions de dollars. En 2013, la chaîne américaine de salles de cinéma AMC Entertainment AMC.N avait levé 322 millions de dollars via introduction en Bourse. Parallèlement, de nombreux analystes prévoient l'arrivée de Netflix en Australie en 2015, ce qui devrait avoir pour corollaire une accélération de la baisse de la fréquentation des cinémas du pays. Ni Netflix ni Pacific Equity Partners n'ont souhaité commenter ces informations. Entre 2005 et 2013, les entrées par tête ont chuté de 12% en Australie, contre 9% en Amérique du Nord, selon des données compilées par Reuters. Les recettes au box office stagnent à environ 1,1 milliard de dollars australiens (758 millions d'euros) par an depuis 2009, année de la sortie du film projeté en 3D "Avatar", qui a défini les nouveaux standards des superproductions. GROSSES PRODUCTIONS À VENIR Les analystes estiment que Hoyts peut cependant compter sur les succès qui se profilent au cours des deux prochaines années, et sur ses offres de placement privilégié et de bars à bonbons pour doper ses revenus, quand bien même ses salles seraient à moitié remplies. Parmi les superproductions attendues: les suites d'Avatar en 2016 et 2015, les trois nouveaux épisodes de la saga "Star Wars" - dont le premier est prévu en 2015 -, un "James Bond" et les suites d'"Avengers". "Les maisons de production savent désormais comment convaincre les gens d'aller au cinéma plutôt que de télécharger gratuitement", explique Darren Vincent, analyste chez Shaw Stockbroking. "Je ne peux pas vous regarder dans les yeux et vous dire qu'il n'y aura pas d'impact (de Netflix), mais je ne sais pas dans quelle mesure la transition vers le téléchargement gratuit à grande échelle a déjà eu lieu. Le gros de la vague est déjà passé" Tandis que certaines chaînes australiennes de cinéma ont choisi de se développer à l'international ou se sont diversifiées avec des parcs à thème, Hoyts a investi dans des kiosques de location de DVD et une division détenant un monopole dans la publicité sur grand écran. Sur l'exercice annuel clos le 30 juin 2013, Hoyts a augmenté de 13,5% le chiffre d'affaires généré par les bars à bonbons tandis que celui des ventes de billets n'a progressé que de 0,8%, selon des documents de régulation consultés par Reuters. Le groupe a plus que doublé son bénéfice net des activités poursuivies, à 5,5 millions de dollars australiens, ce qui témoigne du recours à une autre stratégie de survie: la réduction des coûts. (Mathilde Gardin pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant