Australie : un joueur de rugby meurt après un plaquage

le , mis à jour à 17:26
0
Australie : un joueur de rugby meurt après un plaquage
Australie : un joueur de rugby meurt après un plaquage

Si le rugby ne fait pas partie des sports dits «à risques», au même titre que l'alpinisme, le free fight, le base jump, le wingsuit ou la plongée sous-marine, il peut engendrer de dramatiques accidents. Parfois fatals. Un joueur australien de rugby à XIII est mort à l'hôpital ce lundi, deux jours après avoir été grièvement blessé dans un plaquage durant un match à Brisbane, a annoncé sa famille.

James Ackerman, 25 ans, première-ligne des Sunshine Coast Falcons, souffrait d'une blessure à la tête à la suite d'un plaquage durant un match de Queensland Cup contre les Norths Devils samedi. Il avait été immédiatement pris en charge par le médecin du match et les urgentistes sur place avant d'être évacué à l'hôpital, mais son état s'est détérioré et il est décédé. Le joueur était marié et père de deux enfants. Francis Molo, l'auteur du plaquage, reçoit une aide psychologique de la part de son club et de la Ligue.

«Nous voulons remercier tous ses anciens coéquipiers et ses anciens clubs d'être venus voir James... votre soutien a été énorme en ces temps difficiles, déclare la famille dans un communiqué publié sur le site Internet du club dans lequel il évoluait. James aimait le rugby, il a toujours joué avec son coeur. Tu vas nous manquer !»

VIDEO. Une minute de silence en Australie en hommage à James Ackerman

De plus en plus d'accidents dans le rugby ?

S'ils sont rarement mortels, les accidents ne sont pas rares dans le rugby. Le mois dernier, en France, un jeune homme de 23 ans avait été évacué d'urgence à l'hôpital après un plaquage et risquait la paralysie à l'occasion d'un tournoi universitaire de rugby qui se déroulait à Beauvais (Oise).

En avril, encore en Australie, Nicholas Tooth, joueur de 25 ans des Quirindi Lions, était mort après avoir reçu un choc à la tête sur un plaquage lors d'une rencontre face aux Narrabri Blue Boars.  L'an dernier, toujours dans le championnat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant