Australie-La croissance a ralenti à +0,5% au T2, +3,1% sur un an

le
0

SYDNEY, 3 septembre (Reuters) - La croissance a ralenti nettement en Australie au deuxième trimestre, à 0,5%, sous l'effet d'une hausse des importations et d'un comportement prudent des consommateurs, selon les chiffres publiés jeudi par le Bureau australien des statistiques (ABS). Les économistes tablaient en moyenne sur une expansion de 0,4% après la croissance de 1,1% enregistrée au premier trimestre. Sur un an, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 3,1%, un chiffre qui marque là aussi un ralentissement après le taux annuel de 3,4% au premier trimestre mais qui tient bien la comparaison face à la croissance annuelle de 2,5% des Etats-Unis ou à celle de 0,7% de la zone euro. Sur les 12 mois à fin juin, le PIB totalise 1.590 milliards de dollars australiens (1.470 milliards de dollars US ou 1.125 milliards d'euros), soit une moyenne de 68.029 dollars australiens ($63.052 ou 48.191) pour chacun des 23,4 millions d'habitants du pays. A titre de comparaison, le PIB per capita était l'an dernier de 27.640 euros dans la zone euro et de 39.550 euros aux Etats-Unis, selon des données compilées par la Commission européenne. Le détail des statistiques montre que la consommation des ménages a augmenté de seulement 0,5% au deuxième trimestre tandis que le taux d'épargne a grimpé pour représenter 9,4% du revenu disponible. Cette prudence des consommateurs s'explique par les réductions de dépenses et hausses des charges contenues dans le dernier budget qui ont, selon l'opposition, miné le moral de la nation. Les importations, principalement de biens d'équipement, ont de leur côté nettement augmenté alors que les exportations en volume ont légèrement diminué. En valeur, les exportations de matières premières ont baissé, notamment le minerai de fer, ce qui n'est pas de bon augure pour les résultats des grands groupes miniers. A l'inverse, l'investissement des entreprises et la construction résidentielle ont progressé et les pressions sur les prix ont été inexistantes : le déflateur du PIB a reculé de 0,5%, sa plus forte baisse en sept trimestres. Ces chiffres sont sans surprise pour la Banque de réserve d'Australie qui a récemment abaissé à 2,5% sa prévision de croissance pour 2014. Les économistes s'attendent à ce que la banque centrale maintienne son taux d'intérêt directeur à 2,5%, un plus bas record, jusqu'en 2015 au moins et certains n'excluent pas une nouvelle réduction dans l'intervalle. (Wayne Cole, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant