Australie-Certains réfugiés expulsables très gravement malades

le
2
    SYDNEY, 8 février (Reuters) - Certains des 267 demandeurs 
d'asile que l'Australie veut renvoyer dans un centre de 
rétention sur une île loin de ses côtes souffrent de maladies 
graves comme le cancer, a déclaré lundi un responsable de 
l'immigration. 
    La politique australienne d'immigration prévoit que les 
demandeurs d'asile cherchant à atteindre le pays par bateau sont 
interceptés et envoyés dans des camps sur l'île de Nauru, dans 
le Pacifique, à 3.000 km au nord-est de l'Australie, ou sur 
l'île de Manus, île importante de Papouasie-Nouvelle Guinée. 
    Ils ne peuvent jamais se réinstaller en Australie.  
    Les réfugiés en question, parmi lesquels figurent 37 bébés, 
avaient été temporairement renvoyés de Nauru en Australie pour 
traitement médical. 
    La justice australienne a confirmé la semaine dernière le 
droit du gouvernement d'installer certains demandeurs d'asile 
sur la petite île de Nauru.  
    Cette décision a été très critiquée, notamment par les 
Nations unies. Dans le centre d'accueil de Nauru, les agressions 
sexuelles seraient systématiques, selon certaines informations. 
    Les expulsions pourraient commencer d'ici quelques jours. Un 
certain nombre de cas devront être traités progressivement, en 
raison des maladies, a déclaré Michael Pezzullo, secrétaire du 
département de l'immigration et de la protection des frontières. 
    "Dans certains cas, nous parlons de cancer, nous parlons de 
toutes sortes de maladie de longue durée", a-t-il ajouté. 
    "C'est regrettable, mais dans certains cas, pour des raisons 
liées au très long terme, et, en fait, des maladies 
potentiellement en phase terminale, certaines personnes, je 
pense, vont être ici pour un certain temps." 
 
 (Matt Siegel; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M566619 il y a 10 mois

    Ils faut les éloigner s'il s'agit de maladies contagieuses ou incurables, l'intérêt des Australiens doit passer avant tout

  • berghof il y a 10 mois

    Ils ont fait le voyage aller, ils feront bien celui du retour chez eux !