Austérité : le gouvernement italien va devoir faire des choix

le
0
Austérité : le gouvernement italien va devoir faire des choix
Austérité : le gouvernement italien va devoir faire des choix

Alors que le nouveau gouvernement italien du chrétien démocrate de gauche Enrico Letta a prêté serment ce dimanche au palais du Quirinal, le président du Conseil de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, l'a exhorté à poursuivre les réformes du précédent gouvernement. Certes le nouveau Premier ministre a peu de marge de manoeuvre. La dette de l'Italie devrait atteindre un pic cette année à 128,1% du PIB, selon les dernières prévisions de la Commission européenne. Or le FMI ne juge pas qu'une dette est tenable à long terme au-delà de 120% du PIB. Mais les économistes ne sont pas unanimes sur la voie que va choisir le pays.

Le président François Hollande a adressé ses «voeux de réussite» à Enrico Letta, soulignant «les circonstances particulièrement difficiles» de sa prise de fonction. «Aujourd'hui, l'Europe doit plus que jamais se mobiliser pour retrouver la croissance, lutter contre le chômage et approfondir la solidarité et la responsabilité au sein de la zone euro», écrit-il dans un communiqué.

L'Europe engage Letta à continuer les réformes

A la tête d'un gouvernement de large coalition après deux mois de crise politique, Letta aura «le soutien plein et entier des institutions européennes dans la poursuite des réformes que l'Italie a entreprises», a assuré Van Rompuy. Des réformes «nécessaires pour la croissance et l'emploi et respectueuses de finances publiques saines», a poursuivi le président du Conseil européen tout en rendant un hommage appuyé au prédécesseur de Letta, l'ancien commissaire européen Mario Monti, sanctionné dans les urnes après avoir mené une cure d'austérité drastique et réformé les retraites et le marché du travail. «L'Italie a mené des réformes difficiles mais nécessaires pour remettre de l'ordre dans ses finances et promouvoir la compétitivité. Ces résultats importants ne sont pas seulement dans l'intérêt de l'Italie, mais de l'ensemble de l'Europe et de...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant