Aurier a tourné la page

le
0
Aurier a tourné la page
Aurier a tourné la page

Pour la première fois depuis son dérapage sur Periscope, Serge Aurier s'est exprimé dans un entretien diffusé par la Confédération Africaine de Football. L'occasion pour le latéral du PSG de clamer que cette affaire était derrière lui.

C’est une prise de parole qui était attendue, elle est pourtant passée quasi inaperçue. Serge Aurier s’est exprimé pour la première fois dans un media depuis le 14 février dernier et son dérapage Periscope, un épisode où il a insulté ses coéquipiers et son entraîneur qui lui a valu d’être écarté du groupe professionnel du PSG jusqu’à la semaine dernière. La Confédération Africaine de Football a publié ce week-end sur son site officiel un entretien réalisé avec l’international ivoirien en marge des deux matchs de qualification de Coupe d’Afrique des Nations 2017 disputés avec les Eléphants contre le Soudan (1-0, 1-1). L’ancien Toulousain revient en longueur sur ces rencontres, avant d’évoquer rapidement sa situation à Paris.

Aurier : « Je reste costaud dans la tête »

Selon ses dires, il est passé à autre chose, avec l’aide de ses supporters. « Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont soutenu pendant cette période difficile que j’ai traversée, a expliqué Aurier à la CAF. Avant le match aller contre le Soudan, j’ai reçu beaucoup de messages de soutien sur les réseaux et cela m’a fait chaud au cœur. Je leur dis que la vie est faite des hauts et des bas. La page noire est tournée, je reste costaud dans la tête. » « Je n’ai pas usurpé ce qui m’arrive de positif avec la sélection nationale et mon club, a-t-il ensuite précisé. C’est le fruit d’un travail de longue haleine. » Revenu à la compétition avec la réserve du PSG avant la trêve internationale, Aurier a disputé les deux matchs de la Côte d’Ivoire dans leur intégralité.

Aurier : « Je retrouve au fil du temps mes sensations »

L’occasion pour lui de monter en puissance physiquement. « Je me sens bien dans l’ensemble. Avant le match aller, à Abidjan, je suis resté un mois sans compétition. J’ai dû faire un travail personnel pour être en jambe. Et je peux dire qu’à Khartoum, j’ai su me tirer d’affaires. Je retrouve au fil du temps mes sensations. Quand je me porte bien physiquement, il n’y a pas de problème. Je travaille en conséquence pour rattraper le temps perdu. » Et pour éventuellement être aligné mercredi contre Manchester City en quart de finale aller de la Ligue des Champions. Non retenu dans le groupe pour la réception de Nice, Aurier a peu de chances de figurer dans celui qui disputera ce match de C1. Mais il a son avis sur la double confrontation qui attend les Parisiens. « Les équipes anglaises sont difficiles à manœuvrer. Nous jouons, certes, à domicile mais ce n’est pas un gage de sécurité. L’important pour nous, c’est de ne pas encaisser à domicile mais de concrétiser au mieux nos occasions de but afin d’aborder la suite des débats avec sérénité. » La sérénité, tout ce qui a manqué à Aurier ces dernières semaines.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant