Aung San Suu Kyi parie sur les réformes

le
0
L'opposante birmane n'exclut pas d'entrer au gouvernement.

De notre envoyé spécial à Rangoun.

Aung San Suu Kyi s'avance sur le perron de sa maison aux murs défraîchis qui fait face au lac Inya, à Rangoun. Silhouette menue, cheveux très noirs, des fleurs blanches piquées dans son chignon, l'icône birmane de la lutte pour la démocratie dégage un charme et un charisme incomparables. Les années de prison et de résidence surveillée dans cette vieille demeure entourée de barbelés, l'isolement, la solitude, la maladie semblent ne pas avoir eu de prise sur cette femme qui ne paraît pas son âge (66 ans). Elle parle avec spontanéité, plaisante souvent, retournant parfois ses questions à l'interlocuteur. Mais on sent bien que ses propos, très maîtrisés, sont ceux d'une inflexible politique.

À mots choisis, la Prix Nobel de la paix évoque son long combat, ses espoirs. Elle explique, surtout, pourquoi le moment lui semble venu de faire confiance au pouvoir birman. Ce dernier, après avoir endossé des habits civils au printemps de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant