Aung San Suu Kyi entre au Parlement

le
0
VIDÉO - La «Dame de Rangoun» s'est finalement résolue à prêter serment à la Constitution, mercredi, une décision saluée par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en visite en Birmanie.

En Birmanie aussi, la politique peut être une question de vocabulaire. Élue pour la première fois au Parlement le 1er avril, Aung San Suu Kyi, la grande figure de l'opposition, a finalement accepté de «sauvegarder» la Constitution adoptée en 2008 par le régime militaire. «Nous avons décidé de nous soumettre, à ce stade, parce que nous ne voulons pas de problèmes ou de tensions politiques», s'est justifiée celle que ses partisans surnomment respectueusement la «Dame».

En prêtant serment mercredi au Parlement birman, la lauréate du prix Nobel de la paix a endossé le premier mandat électoral de son histoire, après deux décennies d'âpre lutte politique. «Je serai loyale à la République de l'Union de Birmanie et à ses habitants et tiendrai toujours en estime la non-désintégration de l'Union, la non-désintégration de la solidarité nationale et la perpétuation de la souveraineté», a-t-elle promis avec 33 autres députés de son parti, la Ligue nationale pou

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant