Aulas monte au créneau pour défendre Gourcuff

le
0
Aulas monte au créneau pour défendre Gourcuff
Aulas monte au créneau pour défendre Gourcuff
" Foutez-lui la paix ! " C'est le cri du coeur lancé par Jean-Michel Aulas, agacé par les critiques récurrentes sur l'état de santé de Yoann Gourcuff. Le président lyonnais préfère évoquer la baisse de salaire consentie par l'ancien Bordelais.

Quinze blessures, presque deux ans d'indisponibilité en cumulé et un salaire galactique qu'il vient tout juste d'accepter de baisser : Yoann Gourcuff n'a jamais justifié les sommes liées à son recrutement à l'été 2010. Mais malgré quatre saisons très pénibles (18 matchs en moyenne) et un rendement sportif bien loin des espérances, Jean-Michel Aulas ne lâche pas son joueur. Au contraire, le président de l'OL, qui semble se faire à l'idée que le Breton ne prolongera pas son contrat qui expire en juin 2015, s'énerve quand le dossier Gourcuff revient régulièrement sur la table. « Il faut arrêter les procès d'intention à l'encontre de ce garçon, estime le boss lyonnais dans les colonnes de l'Equipe. On le tance pour des blessures alors qu'elles sont traumatiques (...) Je ne l'exonère pas du tout mais foutez-lui la paix ! »

Jean-Michel Aulas préfère en revanche évoquer la baisse de salaire de l'ancien Bordelais, qui percevait encore récemment près de 450 000 ¤ par mois. Une somme colossale pour un club qui essaie de réduire sa masse salariale depuis quelques années et que Gourcuff a accepté de revoir à la baisse (ndlr : on évoque une ristourne de 100 000 ¤). « Il n'était pas obligé de le faire, rappelle Aulas. C'est un beau geste de sa part et de son avocat. Il a montré qu'il n'était pas uniquement intéressé par l'argent et qu'il voulait sortir de l'OL par le haut. S'il repart de l'avant, nous nous poserons la question de savoir ce que nous pouvons envisager. »

La première étape de ce énième retour débutera vendredi lors de la réception de Monaco. Gourcuff, qui n'a toujours pas disputé la moindre minute en championnat cette saison et qui revient après une blessure au dos contractée le 18 août, sera sur le banc et pourrait entrer en fin de match. Histoire de commencer son opération séduction auprès des recruteurs européens. Car son avenir, n'en déplaise à JMA, ne passe assurément plus par Lyon. Libre de s'engager où il le veut à partir du 1er janvier, le natif de Lorient rêve de retrouver un club où il pourra s'épanouir. Un club où il se sentira en confiance et où il pourra redevenir le joueur qui avait illuminé les soirées bordelaises après son échec à Milan. Un joueur que Jean-Michel Aulas pensait avoir recruté il y a quatre ans. Mais ça, c'était avant...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant