Aulas attaque le PSG et s'inquiète pour Garde

le
0
Aulas attaque le PSG et s'inquiète pour Garde
Aulas attaque le PSG et s'inquiète pour Garde

Il est donc le premier à dégainer. Comme souvent. A quelques heures de la finale de la Coupe de la Ligue entre l'OL et le PSG, Jean-Michel Aulas a lancé une première offensive hors terrain. Sa victime préférée : le club parisien et son modèle économique qu'il ne porte pas dans son c?ur. S'il admet la supériorité technique de son prochain adversaire, il n'en admet pas moins un écart financier trop difficile à combler. Comme une injustice. « La différence est aussi économique car le budget du PSG dépasse aujourd'hui les 500 M?, regrette le président des Gones dans le Progrès. Tout ce qui est excessif est dérisoire, disait Talleyrand, mais là, cela ne l'est pas. Le PSG n'achète pas français. Il a considérablement modifié la hiérarchie des transferts et creusé un fossé béant avec les autres clubs. Il est l'antithèse de notre politique et fonctionne sur des contrevérités économiques. »

Le fair-play financier comme étendard

En plein marasme économique (ndlr : le club affiche un résultat net négatif de près de 20 millions d'euros pour la saison 2012-13), l'OL espère rapidement remonter la pente. Et « JMA » compte beaucoup sur un atout de poids pour l'y aider : le fair-play financier. « Des sanctions vont être prises, assure-t-il. Projetons-nous dans un scénario idéal. Nous finissons quatrièmes et un club parmi les trois premiers est exclu de la Ligue des Champions. On changera alors de stratégie. » Sans citer de nom, le dirigeant lyonnais vise évidemment le prochain champion de France de Ligue 1. Selon The Telegraph, le club parisien pourrait en effet être prochainement épinglé par l'UEFA pour le « non-respect des nouvelles règles en matière d'équilibre entre les dépenses et les rentrées d'argent ». On n'imagine toutefois pas l'UEFA exclure le PSG de la Ligue des Champions la saison prochaine. Il faudrait des preuves d'une malversation financière, de matchs truqués ou d'impôts non payés pour en arriver là.

« Visiblement, Rémi s'interroge? »

Passé sa longue diatribe à l'encontre du club de la Capitale, Jean-Michel Aulas a évoqué le dossier qu'il connaît le mieux, celui de son club. Car si l'OL est en pleine bataille sportive pour accrocher une place en Coupe d'Europe par le biais du championnat, il livre aussi un combat de tous les instants pour prolonger Rémi Garde. Et ce dossier inquiète le président lyonnais. « Visiblement, Rémi s'interroge, a-t-il admis au Progrès. Autrement, il aurait prolongé. On n'a aucune réserve tant à mon niveau qu'à celui du club. Il réfléchit et ça veut donc dire qu'il y a une incertitude (?) Tous les jours, je m'imagine qu'il puisse arrêter, non pas parce qu'il aura tiré un bilan négatif vis-à-vis de l'institution mais par rapport à un équilibre personnel. Le foot, c'est un environnement de brutes. » En bon samaritain, « JMA » laisse un délai maximal à son protégé pour donner sa réponse. On l'a connu moins souple.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant