Aulas a pris sa décision...

le
0
Aulas a pris sa décision...
Aulas a pris sa décision...

Après la nouvelle déconvenue de l'OL sur la pelouse du Gazélec Ajaccio dimanche (2-1), Jean-Michel Aulas n'est pas un " président satisfait ". S'il n'a pas voulu annoncer le départ d'Hubert Fournier, le boss lyonnais n'a guère laissé place au doute, d'autant qu'il a déjà pris sa décision.

Jean-Michel Aulas a accepté de lâcher son portable dimanche cinq minutes pour répondre aux questions suite à la nouvelle défaite son OL. Car le président lyonnais n’a cessé d’envoyer des textos à la mi-temps et à la fin du revers concédé sur la pelouse du Gazélec Ajaccio, le cinquième en six rencontres de L1. La pire série depuis novembre 1998 ! Autant dire que les jours d’Hubert Fournier sont comptés, d’autant que la prestation de ses joueurs a encore été décevante dans un 3-5-2 qui n’a pas fonctionné. Interrogé sur le maintien ou non de son technicien à la tête du club, Aulas a d’abord botté en touche en préambule d’un long monologue ! « Tout d’abord, on est sur une terre qui n’est pas facile, a constaté le dirigeant lyonnais au micro de beIN Sports. Etre président de club adverse ici, cela suppose beaucoup de sang-froid et d’expérience. Vous voyez que la zone mixte est sous les quolibets et les insultes du public d’Ajaccio, qui est très content d’avoir réussi à battre cette équipe de Lyon. »

Aulas : « On n’est pas du tout à notre place »

Mais Aulas n’a pas caché l’état d’esprit individualiste de ses protégés en Corse : « C’est vrai qu’on n’a pas fait un grand match, même si la spirale était négative. On a eu les occasions mais on s’est battu tout seul car on n’a pas été assez suffisamment collectif, a regretté JMA. Et c’est ce qui est arrive quand on est atteint psychologiquement. Tirer des conséquences sur ce match, ça n’est pas la meilleure des solutions. Il faudra en tirer sur cette première partie de championnat qui est ratée tant sur le plan de la Ligue des Champions que sur le plan du championnat. On n’est pas du tout à notre place. » Pour autant, il va réserver son choix à plus tard : « On ne va pas prendre les décisions ce soir, et, en tout cas, je ne vais pas les annoncer, même si je les ai déjà prises. Je vais consulter l’ensemble des gens du club. D’ici quelques heures, d’ici quelques jours, et après avoir consulté toutes les parties prenantes, on prendra la décision la plus importante. »

Aulas et l’infirmerie remplie

Et Fournier pourrait bien ne pas être le seul à devoir faire ses valises de Tola Vologe ces prochains jours : « Il y a des décisions qui vont au-delà de la réponse qui est la plus simple à donner qui est le nom de l’entraîneur. Il faut résister et ne pas aller dans des positions très traditionnelles et très rapides (…) Il y a pleins de paramètres qui vont changer. Ce n’est pas qu’une question d’entraîneur. Ce n’est pas normal qu’on puisse avoir onze blessés pour ce déplacement. » Aulas ne veut donc pas uniquement se baser sur cette défaite face au promu pour faire son choix : « Il faut tirer les conséquences de cette première partie de saison. Je ne suis pas un président satisfait. On a fait des investissements au Mercato d’été et il n’y a pas de résultats donc on saura prendre nos responsabilités. » Interrogé par Canal+ après la rencontre, Fournier ne compte pas abandonner : « Je ne veux pas lâcher. Après ce sera la décision du président et on l'acceptera. » Et elle devrait arriver très vite… Joyeuses fêtes Hubert !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant