« Aujourd'hui, c'est le vrai Moussa Sissoko »

le
0
« Aujourd'hui, c'est le vrai Moussa Sissoko »
« Aujourd'hui, c'est le vrai Moussa Sissoko »

À 27 ans, il touche aux rives de la plénitude. Devenu, depuis l'Euro 2016, un cadre des Bleus, le milieu de Tottenham (Londres) rencontré à Paris, fin octobre, lors d'une opération avec son équipementier Adidas, avait des choses à nous dire.

 

Vous vous êtes engagé avec Tottenham le 31 août, dans la dernière heure du mercato. Comment cela s'est-il passé ?

MOUSSA SISSOKO. Le matin, j'étais en sélection, on devait partir en Italie (NDLR : match amical à Bari) et j'ai expliqué au coach que je devais me rendre en Angleterre pour signer mon contrat avec Tottenham. Il m'a autorisé à y aller et j'ai passé ma journée à attendre que les derniers détails se règlent pour m'engager.

 

Il n'a donc jamais été question pour vous de rejoindre Everton ?

J'ai entendu que j'étais en route pour Everton, que j'aurais fait demi-tour au dernier moment, mais ça ne s'est pas passé comme ça. Dès que j'ai quitté la France, c'était pour Tottenham et rien d'autre. J'ai eu des discussions avec Everton, le coach me voulait, mais c'était environ deux semaines avant le rassemblement de l'équipe de France. J'étais intéressé, mais il devait trouver un accord avec Newcastle, et je n'ai pas eu de retour. Donc j'ai foncé vers Tottenham.

 

2016 est-elle la meilleure année de votre carrière ?

L'une des meilleures. L'année où j'ai signé professionnel à Toulouse (NDLR : en juin 2007) et enchaîné une trentaine de matchs (NDLR : 34 matchs, 1 but), cela fait aussi partie des bonnes saisons. Je dirais que ces deux années sont les meilleures de ma carrière.

 

Comment expliquez-vous le cap que vous avez franchi ces derniers mois ?

Tout simplement par le travail, le sérieux et ma patience. J'ai toujours travaillé dur pour atteindre mes objectifs. A certains moments, ça a pris plus de temps mais j'y suis toujours parvenu. Comme on dit, mieux vaut tard que jamais. J'ai toujours voulu signer dans un grand club, je suis à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant