Augusto Cicaré, l'autodidacte qui fabrique des hélicoptères dans la pampa argentine

le
0
Augusto Cicaré, l'autodidacte qui fabrique des hélicoptères dans la pampa argentine
Augusto Cicaré, l'autodidacte qui fabrique des hélicoptères dans la pampa argentine

Augusto Cicaré n'a pas fait de brillantes études d'ingénieur dans une prestigieuse université, mais cet Argentin ingénieux, passionné d'aéronefs, a appris sur le tas et fabrique désormais une vingtaine d'hélicoptères ultra-légers chaque année, dans la pampa argentine.A 18 ans, il a construit son premier hélicoptère en utilisant pour le fuselage l'armature métallique du lit de jeune fille de sa mère. L'engin décolle à peine et ce n'est que trois ans plus tard que le CICARE CH-1 devient le premier hélicoptère de fabrication latino-américaine, en 1958.Augusto Cicaré, 77 ans, deux de ses fils, et une trentaine d'ouvriers et ingénieurs, font tourner l'usine de Saladillo, un bourg agricole à 200 km de Buenos Aires, entouré de champs de soja.Ils exportent vers l'Europe, l'Australie ou le Moyen-Orient.Il a refusé des ponts d'or pour aller travailler dans les plus grands groupes aéronautiques du monde. Pas question pour lui de quitter Saladillo, petite ville de 20.000 habitants, au milieu des plaines fertiles de la pampa.Il a reçu dans son usine la visite d'experts d'Eurocopter, de l'italien Finmeccanica ou des américains Robinson et Sikorsky, intrigués par le génie de l'Argentin.Tout a commencé dans le garage familial, où son père et son oncle réparaient les tracteurs des fermiers des environs."J'ai exaucé le rêve que j'avais depuis l'âge de quatre ans", raconte à l'AFP Augusto Cicaré, fils d'immigrés italiens de Mascheratta Dell'epifania, près de Modène."A 11 ans, j'ai fabriqué mon premier moteur (diesel) pour faire fonctionner le lave-linge de ma mère", dit avec un large sourire le vieil homme de petite taille, cheveux blancs et sourcils noirs.Enfant, il n'aimait pas l'école. Il séchait les cours pour se réfugier dans le garage familial et dévorait la revue Mecanica Popular. A 12 ans, il met un terme à ses études pour se consacrer aux boîtes de vitesse et aux moteurs à quatre temps.Soixante-cinq ans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant