AUDIO. Nantes : l'avenir des 580 salariés de «C3Consultants» au tribunal

le
0
AUDIO. Nantes : l'avenir des 580 salariés de «C3Consultants» au tribunal
AUDIO. Nantes : l'avenir des 580 salariés de «C3Consultants» au tribunal

«C3Consultants», une entreprise spécialisée dans l'accompagnement des demandeurs d'emploi, qui emploie 580 personnes, dont plus de 150 à son siège de Saint-Herblain, a été placée en redressement judiciaire début février. Une audience est prévue ce mercredi Tribunal de commerce de Nantes, qui examine le dossier dans le cadre d'une enquête judiciaire. Le PDG, Thierry Frère, est en effet soupçonné de fraude en Seine-Saint-Denis dans le cadre d'un contrat passé avec l'État pour le placement de jeunes chômeurs issus de quartiers sensibles.

Selon Christine Nicoud, élue CFDT du secteur «C3 Est», toutes les filiales sont au bord du gouffre et «il faut les placer en redressement judiciaire avant qu'elles ne s'écroulent». La filiale de Loire-Atlantique (*), qui emploie 177 salariés dans l'agglomération nantaise, est en grosse difficulté financiaire : « Un passif évalué au moins à 12 millions d'euros », selon Pascal Bioret, délégué syndicat CFDT qui précise qu'un plan social de 45 suppression d'emplois est en cours.

Une chanson«Patron où t'es?» postée sur Youtube

Selon Presse Océan, plusieurs candidats seraient déjà sur le rangs pour une éventuelle reprise, notamment deux structures nantaises et des cadres de l'entreprise qui s'appuieraient sur une entité externe. Thierry Frère souhaiterait lui rester à la tête de C3 Consultants mais  les syndicats demandent son départ. 

Inquiets pour leur avenir, les salariés n'ont ni manifesté ni fait grève. Ils ont préféré s'exprimer en chantant, en revisitant notamment le tube de Stromae en le rebaptisant «Patron où t'es ?» (voir ci-dessous). Les paroles n'épargnent bien évidemment pas le Pdg. L'audio a été posté sur Youtube.

(*)C3 Consultants, cabinet spécialisé dans l'accompagnement des demandeurs d'emploi, est en redressement judiciaire depuis février dernier. Le cabinet compte 500 salariés dans ses quatre filiales dont celle de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant