AUDIO. Caché dans un placard, un jeune Texan livre deux cambrioleurs à la police

le
0
AUDIO. Caché dans un placard, un jeune Texan livre deux cambrioleurs à la police
AUDIO. Caché dans un placard, un jeune Texan livre deux cambrioleurs à la police

Plutôt que de tendre des pièges aux cambrioleurs qui venaient de pénétrer chez lui, comme dans Maman j'ai raté l'avion, le petit Deion Murdock, 12 ans, a préféré agir en adulte et appeler la police... Grand bien lui en a pris !

Comme le héros du film, ce jeune Texan se trouve tout seul, mardi dernier, dans sa maison de Port Arthur (à une centaine de kilomètres à l'est de Houson) lorsqu'il entend des bruits suspects dans l'arrière-cour. Comme si quelqu'un tentait de rentrer par la fenêtre... Sans céder à la panique, il prend aussitôt le téléphone et compose le 911 pour prévenir le commissariat et demander de l'aide.

«Quelqu'un est en train d'essayer de rentrer chez moi par effraction», murmure Deion à la policière qui vient de prendre son appel. «Ok, comment t'appelles-tu ?», lui répond cette dernière, qui ne croit pas un instant qu'il puisse s'agir d'un canular. Sur l'enregistrement de la conversation, que la police a confié au média américain 12 News, on entend l'enfant lui décrire minutieusement tout ce qu'il perçoit, avec un impressionnant sang-froid. Depuis la chambre de sa mère où il s'est réfugié, il entend la fenêtre de l'arrière de sa maison se briser. Puis un bruit de pas, lui signifiant que les malfrats sont à l'intérieur.

Il s'enferme à clé dans la chambre de sa mère et se cache dans un placard

Sur les conseils de son interlocutrice, Deion ne parle plus qu'en chuchotant pour ne pas se faire surprendre, s'enferme à clé dans la chambre et se cache dans un placard en attendant que les policiers arrivent. La peur monte en lui à mesure que les voleurs s'approchent de sa cachette. Sa voix se fait de plus en plus faible, presque muette, mais il ne peut s'empêcher de gémir lorsque les cambrioleurs frappent à la porte de la chambre. Il ne sait pas encore qu'ils ne sont que deux et craint de se faire attaquer par tout un commando.

Le danger est proche mais le petit garçon tient bon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant