AUDIO. Brésil : qui sont ces manifestants qui défient le pouvoir ?

le
0
AUDIO. Brésil : qui sont ces manifestants qui défient le pouvoir ?
AUDIO. Brésil : qui sont ces manifestants qui défient le pouvoir ?

Depuis jeudi dernier, ils manifestent leur colère dans la rue, affrontant les forces de l'ordre et le gouvernement brésilien. Lundi, sur l'ensemble du pays, plus de 250 000 personnes ont manifesté à Rio de Janeiro, Brasilia, Belo Horizonte et Porto Alegre en pleine Coupe FIFA des Confédérations, une répétition en miniature pour le Mondial-2014.

A Sao Paulo, lundi, ils étaient plus de 65 000 à se mobiliser contre la hausse des transports et la facture du Mondial-2014. Ce mardi, alors que la présidente du Brésil Dilma Rousseff a promis mardi d'écouter «la voix de la rue», l'institut Datafolha publie une étude qui permet d'en savoir un peu plus sur le profil de ces manifestants.

Qui manifeste ? Un peu plus de la moitié, 53%, a moins de 25 ans et 77% d'entre eux participent pour la première fois à la vague de protestations entamées la semaine dernière.

«Les classes les plus pauvres ne sont pas les plus déçues car elles bénéficient en premier lieu des programmes sociaux, explique Frédéric Louault, maître de conférences à l'université libre de Bruxelles et spécialiste du Brésil. Il ne s'agit pas non plus des personnes les plus riches : il n'y a jamais eu autant de millionnaires au Brésil. Ceux qui sont dans la rue, c'est une partie de la classe moyenne qui se sent prise entre ces deux groupes.»

AUDIO. Brésil : la colère des manifestants décryptée à un an du Mondial

«Les changements au Brésil ces dernières années ont profité aux plus pauvres, précise Claudia Damasceno, historienne et urbaniste. La classe moyenne, elle, s'est trouvée progressivement dépourvue de moyens. L'alimentation a connu une hausse des prix très nette, tout comme les services. Idem pour l'immobilier, que ce soit à l'achat ou à la location. Les investissements réalisés dans les favelas ont fait augmenter les prix. D'ailleurs, dans ces quartiers, on ne trouve pas forcément que des pauvres, on trouve aussi des membres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant