Aubry veut infléchir la politique économique du gouvernement

le
34
Aubry veut infléchir la politique économique du gouvernement
Aubry veut infléchir la politique économique du gouvernement

La maire de Lille sort bel et bien de sa réserve. Restée plutôt discrète depuis deux ans sur la politique menée par François Hollande, tout en montant au créneau lors du débat sur la réforme de la carte des régions, Martine Aubry a désormais l'intention de mettre son grain de sel dans les orientations économiques du pays. «Sur la politique économique, je ferai des propositions dans les semaines qui viennent» a promis l'ancienne ministre du Travail ce dimanche au micro d'Europe 1, en direct de la braderie de Lille (Nord). 

«Il y a des inflexions à faire dans la politique économique pour que la croissance revienne, réduire les déficits il faut le faire (...) sans casser la croissance», a-t-elle professé. 

Aubry prône des «inflexions» de la politique économique

Si elle veut aider les entreprises «qui en ont besoin : les artisans, les commerçants, les PME, les entreprises qui sont soumises à la concurrence internationale sans casser la demande», à l'inverse, elle estime qu'«on n'a pas besoin d'aider les banques, par exemple, qui, elles, ne sont pas dans la concurrence internationale. On n'a pas besoin non plus d'aider les entreprises qui préfèrent verser l'argent que leur a donné l'Etat pour donner des dividendes plus importants (..) au lieu d'investir dans l'avenir, l'emploi et la formation.»

Et d'ajouter, pour ne pas rajouter aux divisions que traverse la majorité : «Ce qui m'intéresse c'est que nous réussissions, que le président réussisse et son gouvernement».

VIDEO. Aubry veut des «faire des propositions»

Valls lui répond depuis l'Italie

Depuis Bologne en Italie, Manuel Valls, qui participe à la «Festa de l'Unita», la fête du Parti démocratique (centre-gauche) de Matteo Renzi, le chef du gouvernement italien a répondu à la maire de Lille. Le gouvernement ne fait «pas de l'austérité» a-t-il répété. «Martine Aubry le sait, elle qui a bénéficié de policiers en plus à Lille, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.barbe6 le lundi 8 sept 2014 à 17:29

    Un dinausore anté-diluvien. M^me age pour les solutions economiques.

  • fbordach le lundi 8 sept 2014 à 16:20

    Une bonne version archaïque de l'économie!

  • M4426670 le lundi 8 sept 2014 à 15:33

    ppetitj: elle a bien essayé, mais personne n'en a voulu...... elle fait partie des "invendus", à déprécier au bilan.......

  • M4426670 le lundi 8 sept 2014 à 15:32

    Si c'est pour nous ressortir une nouvelle version des 35 heures, elle peut rester à Lille bouffer ses moules......

  • M7361806 le lundi 8 sept 2014 à 14:12

    Merci pour la misère qu'ont engendré les 35 heures qui ont créé la précarité et les disparités sociales

  • lemeri38 le lundi 8 sept 2014 à 13:25

    dans la famille des incompétents je voudrai la reine...

  • collar11 le lundi 8 sept 2014 à 12:10

    Elle est totalement dénuée de toute crédibilité avec une loi qui a solidement "plombé" et les entreprises et le service public à un moment où tous les observateurs sérieux avaient déjà pu constater que la baisse de temps de travail sans baisse de salaire ne fonctionnait pas. Elle représente cette part de la gauche française bien au chaud dans la fonction publique et toujours incapable de tenir compte de la réalité.

  • ppetitj le lundi 8 sept 2014 à 12:08

    Que ne pas dire ou faire pour exister médiatiquement....Elle ne se vend pas a la braderie de Lille ?

  • slivo le lundi 8 sept 2014 à 11:47

    elle aussi veut la mise en bière du gouvernement ?

  • M2009900 le lundi 8 sept 2014 à 11:43

    La chef taliban des 35 heures sort de sa grotte? Pénurie de whisky?