Aubry reste dans la mire de ses adversaires

le
0
Malgré le climat unitaire qui règne dans le parti, les opposants à la première secrétaire ne désarment pas.

Il n'y a plus que lui qui ose. En pleine paix armée, Malek Boutih a ressorti les petites phrases polémiques, celles que les socialistes s'efforçaient jusqu'alors de retenir pour ne pas entacher le climat d'unité qui règne au PS. Selon lui, Martine Aubry a «un problème avec la vérité politique. (...) Il n'y a qu'à voir la manière dont elle slalome sur le dossier des retraites.»

Malek Boutih est coutumier de ce genre de déclarations virulentes à l'encontre de la première secrétaire. «Jacques Delors a souhaité ne pas prendre le pouvoir pour ne pas mentir. Sa fille, elle, ment en permanence pour avoir le pouvoir», avait-il confié en juin au Nouvel Économiste. Mais ses propos de mardi reflètent l'une des principales craintes des opposants à Martine Aubry: que le PS formule, dans l'opposition, des promesses intenables s'il était au pouvoir demain. Comme en 1983, lorsque, deux ans après son élection, François Mitterrand avait pris le tournant de la rigueur. «En

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant