Aubry refuse de se laisser dicter son tempo

le
0
La première secrétaire assume le fait d'avoir raréfié ses prises de parole, au risque de susciter des doutes dans le parti.

Rien ne l'agace plus que d'être interpellée sur ses silences. Martine Aubry gère son agenda comme elle l'entend. Et ce ne sont ni Nicolas Sarkozy, ni les médias qui lui feront déroger à cette règle. Elle n'a pas réagi elle-même à telle ou telle déclaration, laissant à d'autres le soin de diffuser un communiqué ? «Maintenant, tout le monde prend la parole au PS», rétorque la première secrétaire.

Les exemples abondent. Durant l'été, elle a, dans un premier temps, laissé Jean-Jacques Urvoas réagir au discours de Nicolas Sarkozy sur la sécurité. Même démarche, plus récemment, à propos de la menace terroriste : elle a attendu quelques jours avant de s'exprimer. Ou encore, début septembre, Ségolène Royal a pris sa place dans «A vous de juger» sur France 2, pour répondre au premier ministre François Fillon en plein débat sur les retraites.

«Martine Aubry ne pense pas tous les matins aux médias», sourit un habitué de la rue de Solferino. C'est son temp

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant