Aubry : «Je ne souhaite pas être un recours, je veux juste débattre»

le
8
Aubry : «Je ne souhaite pas être un recours, je veux juste débattre»
Aubry : «Je ne souhaite pas être un recours, je veux juste débattre»

A l'oral et en direct, il est plus difficile de dire son désaccord aussi sûrement qu'à l'écrit. Surtout après la volée de bois envoyée dimanche. Au lendemain de ses critiques sur les orientations politiques du président de la République, Martine Aubry se montre moins frondeuse - elle n'aime pas le mot - sur France Inter ce matin. «Je dis 'voilà comment être utile'», c'est bien tout, jure la maire de Lille, qui assure ne pas vouloir se poser en recours ni rêver à Matignon. 

Ce lundi matin, Martine Aubry adoucit le ton. «J'ai tout fait pour (sic) François Hollande gagne la présidentielle», a-t-elle commencé, avec un curieux lapsus. Oubliant la proposition «que», elle a permis d'entendre : «J'ai tout fait pour François Hollande», une phrase qui a dû faire tousser le président de la République dont l'inimitié pour Aubry est forte, et réciproque. «Et là, je veux qu'il réussisse», a-t-elle ajouté. 

Qu'on la comprenne bien, l'ancienne patronne du PS veut aider en débattant : «Aujourd'hui, nous réduisons les déficits mais sans croissance on ne peut pas y arriver. Je parle de dosage, je ne remets pas en cause la politique économique du gouvernement», affirme-t-elle. «Le problème de la compétitivité n'est pas essentiellement la baisse du coût du travail. Le gouvernement n'a pas assez ciblé». Entre les 20 milliards destinés aux entreprises via le CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) et les 20 milliards programmés dans le pacte de responsabilité, Aubry estime qu'il y a une belle enveloppe de 40 milliards pour les entreprises à condition de «mieux la cibler» en aidant «l'industrie, les ETI, les PME qui se battent pour être compétitives, qui font de la recherche et de l'innovation. La banque, l'assurance, la grande distribution, non».

«Aubry privilégie le crédit impôt recherche au CICE. Finies les vieilles recettes, c'est ça », s'agace Rémi Branco sur Twitter, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 20 oct 2014 à 18:16

    Il faut redonner une virginité à nos institutions, et pourfendre énergiquement toutes les dérives sectaires et corporatives, qui sont la source d’une désespérance profonde de la population, et qui projettent le Pays dans un marasme sans fond !...La Veuve Guillotin piaffe d’impatience et sa vengeance sera terrible… Il lui faudra des océans de s//ang !!!...

  • charleco le lundi 20 oct 2014 à 17:42

    Elle veut débattre : pour cela, il faut en passer par les médias? C'est terrible pour le PS : le parti n'a aucune ligne politique. Les décisions sont le fait du Prince. Comme avec Sarko, d'ailleurs. Et on appelle cela de la démocratie! Aux armes, citoyens, à vos pelles, vos pioches, vos fourches!

  • dotcom1 le lundi 20 oct 2014 à 12:14

    A part se débattre, elle ne sait rien faire d'autre.

  • M8942153 le lundi 20 oct 2014 à 11:12

    Pas honte ! une mairesse dont la ville a le revenu fiscal le plus bas de France, merci pour le débat. Après avoir été au gouvernement et participé à un % de chômage qui est passé de 6 à 10% sous Miterrand, on est sauvé, vive le socialisme.

  • M4888303 le lundi 20 oct 2014 à 10:55

    Elle n'a toujours pas compris que ses 35 heures ont plombé la France aucun autre pays n'ayant suivi cette absurdité !!!! On ne fabrique pas des richesses en ne travaillant pas.En outre les 35 heures appliquées à la fonction publique ont nécessité l'embauche de millions de fonctionnaires supplémentaires et aujourd'hui encore à l'hopital ça reste un désastre!

  • frk987 le lundi 20 oct 2014 à 10:53

    Ce n'est pas une roue de secours mais la cinquième roue d'un char.

  • tropfort le lundi 20 oct 2014 à 10:28

    Elle n'a toujours pas compris que 98% des français la détestent ?

  • bordo le lundi 20 oct 2014 à 10:23

    Aubry un recours ! Au secours ! Nous sommes tombés bien bas. Peut-être faudrait-il expier nos fautes...