Aubry et Royal, l'autre match de la primaire

le
0
La présidente de Poitou-Charentes revient sur le pacte DSK-Aubry et accuse sa rivale d'«arrangement» avec la vérité

Plus libre qu'avant, Ségolène Royal prend tous les risques. Candidate à la primaire du PS, elle sait que sa campagne ne fonctionnera que si elle marque les esprits. Contrairement à 2006, lorsqu'elle était portée par un mouvement d'opinion, elle n'a rien à perdre. Elle n'a pas d'image à préserver. Elle n'est, dit-elle, responsable pour personne si ce n'est d'elle-même. C'est l'avantage d'être peu entourée. Alors, elle le confie, elle est plus détendue qu'il y a cinq ans. À moins de trois semaines du premier tour du vote de désignation du candidat PS pour 2012, la présidente de Poitou-Charentes en profite pour dire ce qu'elle pense et parler sans s'embarrasser de précaution.

Elle cherche sa cible. La dernière en date, c'est Martine Aubry. Alliées objectives face au favori de la campagne, François Hollande, les deux responsables se battent aussi l'une contre l'autre pour décrocher une qualification au second tour du vote des 9 et 16 octobre face à lui. Entre les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant