Aubry et Royal cherchent leur place

le
0
Elles ont été les deux femmes fortes du PS, mais la première secrétaire et la candidate de 2007 ont connu des revers. Elles doivent aujourd'hui rebondir pour s'imposer dans le dispositif Hollande.

C'est le revers de la victoire. Avec l'élection de François Hollande à la présidence de la République, Martine Aubry et Ségolène Royal, qui furent les deux femmes fortes du Parti socialiste, cherchent désormais leur avenir. Fini le temps où le parti vivait au rythme de leur affrontement et de leurs réconciliations, avec l'élection présidentielle en ligne de mire. Aujourd'hui, toutes deux tentent de rebondir.

Martine Aubry est soumise à une sorte de non-choix. Quitter la direction du PS comme elle l'a promis? C'est l'assurance d'une traversée du désert à Lille, la ville dont elle est maire, avec comme seul espoir la possibilité, à un moment, d'incarner un recours pour François Hollande qui lui avait préféré Jean-Marc Ayrault pour Matignon. Décider de se représenter au poste de première secrétaire lors du congrès de Toulouse en octobre? C'est accepter de se mettre au service de François Hollande pour soutenir sa politique. Une position difficile pour elle, dont

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant