Aubagne : les santons de Provence venaient de Tunisie

le
2
Aubagne : les santons de Provence venaient de Tunisie
Aubagne : les santons de Provence venaient de Tunisie

« Si je prends cet ange Gabriel, vous me garantissez qu'il est bien fabriqué en Provence ? » A deux pas de la Canebière, dans les allées de la Foire aux santons de Marseille, l'heure est parfois à la méfiance chez les clients qui achètent ces petits personnages de terre cuite peints à la main illustrant la Nativité dans la crèche traditionnelle provençale.

Après la polémique sur les contrefaçons chinoises à bas prix mais de très mauvaise qualité, ou italiennes, mieux réalisées, une nouvelle controverse pointe depuis qu'un des plus importants santonniers de la région Paca, le Moulin à huile, a reconnu qu'il délocalisait une partie de sa production en... Tunisie. Un arrêté municipal de 2001 ne précise-t-il pas pourtant que la foire marseillaise, qui accueille 31 exposants cette année, est « réservée uniquement aux artisans fabricants de crèches et de santons de Provence suivant les spécifications de fabrication garantie Provence » ?

Une pratique qui serait répandue

« Il n'y a aucune ambiguïté, les santons vendus à la foire sont fabriqués à Aubagne par nos douze salariés, ce qui est produit en Tunisie est réservé à la grande distribution. C'est environ moitié-moitié », explique Patrice Jarque, santonnier depuis vingt-quatre ans et patron du Moulin à huile. « Mais il ne s'agit en aucune façon de santons tunisiens, insiste-t-il : les créations, les moules, l'argile et les couleurs, tout vient de nos ateliers d'Aubagne. Nous faisons simplement travailler en Tunisie une main-d'oeuvre, déclarée et 30 % moins chère, que nous n'arrivons pas à trouver en France pour répondre à la demande. »

Pour Patrice Jarque, pourtant ancien président du syndicat des santonniers, « il est temps de dénoncer l'hypocrisie dans le monde des santonniers ». « Beaucoup d'entre eux font travailler ici une main-d'oeuvre asiatique bon marché et pas toujours déclarée », assène le santonnier. « Je travaille dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le mardi 9 déc 2014 à 15:43

    Comme les Laguiole made in Pakistan.......

  • M4314275 le mardi 9 déc 2014 à 13:59

    Et vous vous plaignez que tout va mal en France. C'est comme ça dans tous les secteurs de l'industrie. Si cela n'a pas déjà commencé, bientôt les analyses financières seront aussi délocalisées.