Au Yémen, pro et anti Saleh dans la rue

le
0
Les manifestants ont réclamé jeudi le départ du chef de l'État, qui mise sur la division de ses adversaires.

Malgré les gages donnés par le président Saleh sur son retrait de la vie politique en 2013, l'opposition ne désarme pas. Galvanisés par la révolte égyptienne, des dizaines de milliers d'opposants au raïs yéménite ont battu le pavé jeudi à Sanaa, la capitale, exigeant un changement de régime. Cette «journée de la colère» a constitué le plus grand rassemblement jamais organisé contre le régime d'Ali Abdullah Saleh, au pouvoir depuis trente-deux ans.

«Nous poursuivrons notre lutte pacifique jusqu'à la chute de ce régime injuste», clamaient les orateurs du Forum commun, une alliance de l'opposition parlementaire, devant une foule estimée à 100.000 personnes, selon les organisateurs.

La veille pourtant, le chef de l'État avait cherché à désamorcer la grogne, en annonçant qu'il ne se représenterait pas en 2013 et que son fils, Ahmed, ne lui succéderait pas à la présidence de la République du Yémen. Dans ce pays pauvre, la jeunesse désœuvrée constitue un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant