Au Yémen, les anti-houthis continuent de progresser

le
0

ADEN, 4 août (Reuters) - Les combattants fidèles au président yéménite en exil ont repris mardi le contrôle d'une dizaine de villages aux forces houthies, poursuivant leur avancée au lendemain de la prise de la principale base aérienne militaire du pays, a-t-on appris auprès d'habitants et de sources au sein du camp loyaliste. Les combats de mardi ont eu lieu dans la province de Lahij, dont la majeure partie est désormais aux mains des loyalistes soutenus par l'Arabie saoudite et d'autres Etats sunnites de la région. Les milices fidèles au président Abd-Rabbou Mansour Hadi, qui a fui le Yémen pour l'Arabie saoudite en mars, et des unités militaires formées et équipées par les pays arabes du Golfe ont enregistré des victoires notables ces dernières semaines face aux Houthis, alliés à l'Iran. Soutenues par les frappes aériennes de la coalition emmenée par Ryad, elles ont chassé le mois dernier les Houthis de la ville portuaire d'Aden avant de les repousser vers le Nord, et elles ont repris lundi la base aérienne d'Al Anad, après plusieurs jours de siège. "La prochaine étape, pour la résistance populaire et les forces armées, après la libération d'Aden, c'est le nettoyage des provinces d'Abyan et de Lahij", a déclaré à Reuters un officier supérieur des forces anti-houthis. Des sources au sein des milices ont déclaré qu'un millier de combattant yéménites entraînés en Arabie saoudite et dans les Emirats arabes unis étaient arrivés lundi à Aden. Les voisins arabes du Yémen sont intervenus militairement dans le pays en mars dans le but d'interrompre la progression des Houthis, des musulmans chiites du nord du pays, qui avaient pris la capitale, Sanaa, en septembre et contrôlaient alors la majeure partie du territoire. Les Etats sunnites du Golfe accusent les Houthis de servir les intérêts de l'Iran, leur grand rival chiite. Les combats ont tué plus de 4.000 personnes depuis mars et provoqué une grave crise humanitaire. L'organisation non-gouvernementale Médecins sans frontières (MSF) a estimé mardi que la situation sanitaire au Yémen était "au bord de l'explosion". ID:nL5N10F365 L'émissaire des Nations unis pour le Yémen, Ould Cheikh Ahmed, a de nouveau appelé mardi à un cessez-le-feu immédiat qui ouvrirait la voie au retour du gouvernement en exil. (Mohammed Mukhashaf, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant