Au Yémen, l'ancien président Saleh prône "la paix des braves"

le
0
    SANAA, 26 mars (Reuters) - Des dizaines de milliers de 
manifestants sont descendus samedi dans les rues de Sanaa, la 
capitale yéménite contrôlée par les insurgés houthis et leurs 
alliés, pour dénoncer l'intervention militaire arabe lancée à 
l'initiative de l'Arabie saoudite il y a un an afin de ramener 
au pouvoir le président Abd-Rabbou Mansour Hadi. 
    Plus de 6.200 personnes ont été tuées depuis le début des 
opérations de la coalition arabe contre les rebelles chiites 
alliés aux fidèles de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.  
    Apparaissant en public pour la première fois depuis un an, 
ce dernier a souhaité samedi la conclusion d'une "paix des 
braves".  
    "Nous tendons la main en signe de paix, la paix des braves, 
pour un dialogue direct avec l'Arabie saoudite, sans retourner 
devant le Conseil de sécurité (des Nations unies) qui est 
incapable de résoudre quoi que ce soit", a lancé Ali Abdallah 
Saleh à la foule de ses partisans. 
    "Nous sommes venus ici aujourd'hui pour dire au monde entier 
que le peuple yéménite reste inébranlable, qu'il tient bon 
depuis un an malgré le siège, la faim et les attaques 
aériennes", a déclaré un manifestant, Kamel al Khodani. 
    Plus tard dans la journée, les Houthis ont également 
organisé une manifestation dans la capitale. 
    "Aujourd'hui, tous les Yéménites, de toutes les communautés 
et quelles que soient leurs idées politiques, sont dehors pour 
montrer au monde que rien ne peut les abattre", a affirmé l'un 
des dirigeants houthis, Ibrahim al Oubaïdi. 
    Mercredi, l'envoyé spécial des Nations unies, Ismaïl Ould 
Cheikh Ahmed, a annoncé que le gouvernement yéménite et les 
insurgés soutenus par l'Iran étaient convenus de mettre fin aux 
hostilités le 10 avril à minuit. Des négociations de paix 
s'ouvriront le 18 avril au Koweït. 
    Les belligérants s'étaient entendus en décembre dernier sur 
une feuille de route pour mettre fin à la guerre mais le 
cessez-le-feu temporaire d'une semaine prévu par l'accord 
n'avait guère été observé sur le terrain.   
 
 (Mohammed Ghobari au Caire et Reuters TV à Dubaï; Guy Kerivel 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant