Au Yémen, al-Qaida gagne du terrain

le
0
Profitant de l'instabilité née d'un an de révoltes populaires contre le régime du président Ali Abdallah Saleh, l'organisation terroriste pousse son avantage jusqu'aux portes de Sanaa, la capitale.

À une heure et demie de route de Sanaa flotte désormais l'étendard noir et blanc d'al-Qaida aux carrefours de la ville de Radah, conquise par un millier de combattants de la mouvance terroriste. Après s'être emparés sans grande résistance lundi avant l'aube du quartier général de la sécurité, et pris en otages une dizaine de policiers, les activistes patrouillaient hier dans les rues, en exhibant les portraits d'Ayman al-Zawahiri, le chef de l'organisation terroriste.

Dans leur assaut victorieux, les djihadistes ont libéré plus d'une centaine de détenus de la prison de cette agglomération située à 130 km seulement au sud-est de Sanaa. Ils peuvent désormais contrôler le n½ud routier stratégique, qui relie la capitale aux régions du sud et du sud-ouest du pays. Selon des sources tribales, les assaillants étaient conduits par Tareq al-Dahab, un beau-frère de l'imam radical américano-yéménite Anwar al-Awlaqi, tué fin septembre dans une frappe américaine.

AL...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant