"Au XXIe siècle, la belle-mère est toujours caricaturée"

le , mis à jour le
0
Les belles-mères, sujet de tant d?histoires drôles, ont été laissées de côté par les historiens, comme si leur représentation relevait d?une immuabilité temporelle et géographique.
Les belles-mères, sujet de tant d?histoires drôles, ont été laissées de côté par les historiens, comme si leur représentation relevait d?une immuabilité temporelle et géographique.

Le constat est étonnant : les belles-mères, sujet de tant d'histoires drôles, ont été laissées de côté par les historiens, comme si leur représentation relevait d'une immuabilité temporelle et géographique. Les belles-mères ont pourtant bien une histoire, dont il n'était que temps que s'empare Yannick Ripa, professeur en histoire contemporaine à Paris-8, spécialiste de l'histoire des femmes et du genre. Un collectif d'historiens l'a rejointe pour restituer aux belles-mères un passé riche et complexe, de la Mésopotamie à nos jours, par petites touches, selon la disponibilité de sources forcément parcellaires. Les belles-mères peuvent les remercier : grâce à leur travail, on ne peut les réduire au stéréotype de  la « belle-doche », cette construction toute masculine apparue au XIXe siècle.

Le Point.fr : Comment l'idée de cet ouvrage vous est-elle venue ?

Yannick Ripa : Ces dernières années, j'ai été interpellée par la multiplication des images négatives concernant les belles-mères, dans la publicité, le théâtre de boulevard, chez les humoristes, sur Internet. Alors que rien de tel n'existe du côté des beaux-pères. Par ailleurs, ces belles-mères vilipendées sont dans le même temps les grands-mères des petits-enfants, et dans ce rôle-là elles sont dépeintes comme bonnes et douces. Ce sont pourtant les mêmes femmes. Comment comprendre ce dédoublement ?

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant