Au Venezuela, les habitants cherchent de quoi manger sur les réseaux sociaux

le
0
Au Venezuela, les habitants cherchent de quoi manger sur les réseaux sociaux
Au Venezuela, les habitants cherchent de quoi manger sur les réseaux sociaux

La situation s'aggrave de jour en jour pour les Vénézueliens dont le pays s'enfonce dans la crise économique, sociale et politique. Car si le Venezuela possède les plus importantes réserves de pétrole au monde, les rayons des supermarchés sont désormais quasi vides. Alors que les cours du brut sont au plus bas et que le pays sud-américain importe presque tout ce qu'il consomme, acheter de l'huile, du sucre ou de la farine est devenu un cauchemar quotidien pour les habitants.

Les files d'attente sont très longues devant les magasins et, au bout, personne n'est sûr de trouver ce dont il a besoin. Les habitants, qui ont également subi des coupures de courant que le gouvernement impose pour économiser, comptent donc sur le système D désormais pour se nourrir. Certains se sont convertis au troc sur les réseaux sociaux et sur internet. «Echange couches contre 1 kilo de pâtes», «J'ai besoin de lait, quel que soit le prix, mon bébé n'en a plus», «J'échange du shampoing contre de la farine»... Ces messages se multiplient sur les milliers de groupes créés sur les réseaux sociaux pour contourner les graves pénuries frappant le pays.

«Nous avons déjà oublié ce que c'était d'échanger sur d'autres sujets de conversation», raconte Plalla Alvarez, assistante pédagogique de 34 ans vivant à Guatire, à 45 kilomètres de Caracas. «La seule chose dont on parle maintenant, c'est comment trouver des aliments, des produits d'hygiène personnelle et des médicaments. On fait du troc à l'échelle du pays», explique-t-elle, précisant être en contact, dans ce but, avec environ 400 personnes via la messagerie instantanée Whatsapp et 600 sur le réseau social Facebook.

Jophelin Primera, informaticien de 30 ans, explique que ces groupes de troc en ligne - qui sont thématiques, dédiés par exemple aux besoins des bébés, ou géographiques - obéissent à certaines règles, en fixant des horaires de discussion ou encore en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant