Au troisième jour du salon du Bourget, les commandes font du surplace

le
0
Au troisième jour du salon du Bourget, les commandes font du surplace
Au troisième jour du salon du Bourget, les commandes font du surplace

Le rythme des annonces de commandes fermes s'est ralenti au troisième jour du salon du Bourget, Boeing a maintenant une légère avance sur son rival Airbus, alors que d'autres acteurs occupaient le devant de la scène du rendez-vous de l'aéronautique et de l'espace.Les premières commandes fermes de la journée sont venues d'Airbus, avec six A321 additionnels achetés par la compagnie vietnamienne low-cost VietJetAir, au prix catalogue de 682 millions de dollars.L'avionneur européen a également signé des protocoles d'accord portant sur l'achat de 122 A320neo: 62 avec le Sud-Américain Synergy Aerospace Corporation et 60 avec "une compagnie basée en Asie" dont l'identité n'a pas été révélée.Le rival américain Boeing a pour sa part dévoilé le nom de l'acquéreur de six long-courriers 787-8 qui figuraient déjà dans son décompte officiel, au prix de 1,3 milliard de dollars: il s'agit d'Ethiopian Airlines.La firme de Seattle a en outre signé une lettre d'intention avec la compagnie de fret russe Volga Dnepr pour l'acquisition de 20 avions-cargos 747-8, un contrat de 7,4 milliards de dollars au prix catalogue.Pour l'heure, les commandes fermes d'Airbus se montent à 16 milliards de dollars, légèrement moins que Boeing (16,7 milliards), soit moins de la moitié des bilans des rivaux au salon de 2013. Ces chiffres doivent être relativisés puisque leurs carnets de commandes représentent jusqu'à huit ans de production sur certains modèles.Interrogé sur Europe 1, le patron du groupe européen d'aéronautique et de défense, Tom Enders, a refusé de dire si Airbus finirait devant son concurrent américain, mais a estimé que le total des commandes pourrait atteindre les 200 appareils à l'issue du salon."Avant que le salon ne commence, nous avons constaté qu'avec chaque nouvelle édition, nous battons un nouveau record (...) Nous ne nous attendons certainement pas à ce que cette tendance s'interrompe. Si nous pouvons vendre 200 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant