AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! Cyber-harcèlement : sensibiliser ou punir ?

le
0
Le cyber-harcèlement jugé au tribunal de l'Internet.
Le cyber-harcèlement jugé au tribunal de l'Internet.

Internet ne cesse de se réinventer, enchaînant les modes et les usages les plus improbables, pour le meilleur ou pour le pire. Tout ce qui est techniquement possible est-il pour autant légitime ? Où placer le curseur des libertés sur Internet ? Faut-il créer de nouvelles infractions ? À vous de juger !

Des mots blessants envoyés d'un téléphone portable, une rumeur malveillante relayée sur les réseaux sociaux, une photo compromettante diffusée auprès de ses camarades de classe... Le cyber-harcèlement ("bullying") est le mal de ce début de siècle chez les jeunes. Et le phénomène est loin d'être anecdotique : un sondage réalisé fin 2013 révélait que 40 % des élèves disent avoir déjà enduré une agression ou une méchanceté en ligne. L'effet désinhibant de la distance et de l'anonymat aidant, les auteurs se vautrent dans un sentiment d'impunité quasi absolu. Sauf que du côté des victimes, les dégâts peuvent être irréversibles. Plusieurs adolescentes se sont suicidées, comme cette Canadienne de 17 ans, violée dans une soirée et dont la photo avait circulé parmi ses camarades de classe. Il y a aussi Marion, 13 ans, qui s'est suicidée à la suite de menaces et d'injures sur Facebook, parce qu'elle était différente des autres... Ce type de brimades, menaces, injures ou humiliations touchent, en effet, principalement les jeunes qui n'entrent pas dans le moule.

Fléau

Pour enrayer ce fléau, l'Éducation nationale multiplie les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant