Au sud de Mossoul, l'EI a emmené des familles dans sa fuite - Onu

le
1
    GENEVE, 8 novembre (Reuters) - Les djihadistes de 
l'organisation Etat islamique (EI) ont contraint 1.500 familles 
à se retirer avec eux de la ville irakienne de Hammam al Alil, 
au sud de Mossoul, et ont parallèlement enlevé 295 ex-membres 
des forces de sécurité irakienne, a rapporté mardi l'office du 
Haut Commissaire de l'Onu aux droits de l'homme (OHCHR). 
    Les enlèvements ont eu lieu la semaine dernière, alors que 
les forces engagées sur l'offensive lancée sur Mossoul 
progressaient en direction de la plus grande ville tenue par les 
djihadistes de l'EI. 
    Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut Commissaire de l'Onu 
aux droits de l'homme, a ajouté que ces victimes seraient soit 
utilisées comme "boucliers humains", soit exécutées. 
    Les familles de Hammam al Alil, ville à une quinzaine de 
kilomètres au sud de Mossoul reprise ce week-end par les forces 
pro-gouvernementales irakiennes, ont été acheminées vers 
l'aéroport de Mossoul, a-t-elle précisé. 
    "Le sort de ces civils est pour l'instant indéterminé", a 
ajouté Ravina Shamdasani lors d'un point de presse à Genève. 
    Les ex-soldats des forces irakiennes de sécurité ont été 
enlevés à Mawali, un village situé à une vingtaine de kilomètres 
à l'ouest de Mossoul, et dans des villages proches du Tal Afar, 
au sud-ouest de la ville. 
    L'OHCHR ne peut en revanche confirmer des informations de 
presse relatives à la découverte d'une fosse commune à Hammam al 
Alil mais indique qu'elle se trouve dans le même secteur, le 
collège agricole de la ville, où l'Onu a signalé que 50 
officiers de police avaient été exécutés le mois dernier. 
 
 (Tom Miles; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a un mois

    Espérons que les USA ne vont pas bombarder l'armée irakienne pour sauver la mise à Daesh (comme ils l'ont fait il y a peu avec l'armée syrienne).