Au sud, c'était les colons

le
0
Au sud, c'était les colons
Au sud, c'était les colons

C'était il y a plus d'un siècle. Sur une pelouse défoncée, un terrain en pente, le FC Barcelone disputait le premier match de son histoire, le 8 décembre 1899. Avec à sa tête un Suisse, des étrangers aventuriers dans l'équipe et face à une sélection d'expatriés anglais. L'Angleterre, déjà.

Le cliché reste figé dans le temps. Ils ont tous la même gueule, la même allure. La même moustache, la même raie sur le côté. Leur maillot ressemble à une chemise, une face bleue, l'autre grenat. Le short, lui, est tenu par une ceinture. Les noms des hommes sont historiques : Juan de Urruela, Josep Llobet, Walter Wild, Otto Künzli ou encore Eduardo Schilling. On trouve des Espagnols, des Anglais, des Allemands. Face à eux, ce 8 décembre 1899, des membres de la colonie anglaise de Barcelone, les frères Witty, les frères Parsons, Webb, Harris ou encore Walker. C'est un autre temps, on joue à dix contre dix faute de joueurs trouvés. Mais peu importe, c'est la naissance d'un mythe. Bien avant la gloire et les trophées, loin encore du quartier des Corts. Cette fin d'année 1899, neuf jours après une réunion au Gimnasio Solé actant sa fondation, le FC Barcelone est né. Sur le terrain défoncé du vélodrome de la Bonova.

L'annonce dans Los Deportes


Ce jour-là, le créateur du Barça n'est pas argentin. Il n'est pas non plus espagnol, ni brésilien, ni un Hollandais génial. C'est un expert-comptable suisse, Hans-Max Gamper, plus connu en Espagne sous le nom de Joan Gamper. Un homme qui jouait au rugby à XV du côté de Lyon dans son enfance, star à Zurich et qui affiche aussi de belles qualités de cycliste. Son truc à lui, c'est l'import-export et il se lie très vite d'amitié avec la colonie étrangère d'un Barcelone en plein essor industriel. On touche la fin du XIXe siècle, et Gamper rêve d'un club de foot dans la ville à l'image de ce qu'il a déjà mis en place avec le FC Zürich en 1896. Le football peine à atteindre la Catalogne, mais la présence massive d'étrangers dans la ville aide à son développement. Joan Gamper se tourne d'abord vers l'équipe du Gimnasio Tolosa qui refuse d'intégrer des étrangers dans son club. Alors Gamper va poser sa casquette pour prendre la main d'une annonce dans le quotidien Los Deportes : "Notre ami et partenaire, M. Hans Gamper, de la section football de la Sociedad Los Deportes et ancien champion suisse, souhaitant organiser quelques rencontres de football à Barcelone, demande à tous ceux qui aiment ce sport de le contacter en se présentant au bureau du journal les mardis et vendredis soir, entre 21h et 23h."

Le Barça est né comme ça. Par une simple annonce débouchant sur une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant