« Au sprint, ça va à droite, à gauche... »

le , mis à jour à 07:00
0
« Au sprint, ça va à droite, à gauche... »
« Au sprint, ça va à droite, à gauche... »

Un pistard sur le Tour. Engagé dans les épreuves de vitesse, de vitesse par équipes et du keirin aux JO de Rio (5-21 août), le Mayennais, 31 ans, a effectué un crochet par Angers hier. C'était l'occasion rêvée d'évoquer le Tour de France avec le champion du monde de vitesse (2014), deux titres mondiaux en keirin (2014-15).

 

Comment le pistard que vous êtes a vécu la victoire au sprint de Cavendish ?

FRANÇOIS PERVIS. C'est stressant ! Ça va à droite, à gauche, personne ne garde jamais sa ligne, j'ai toujours peur qu'ils tombent. Mais surtout, j'ai toujours du mal à concevoir qu'ils ne fassent pas leur sprint « décollé ».

 

C'est-à-dire ?

En restant roue dans roue, les sprinteurs sont à la même vitesse que le coureur qui précède et ils ne bénéficient pas de l'aspiration. Quand ils déboîtent, ils dépensent beaucoup plus de watts que s'ils partaient de plus loin, bouchaient le trou et déboîtaient avec 2 km/h de plus que le coureur devant. Le meilleur exemple de cela, c'est la victoire de McLay filmée d'hélicoptère au Grand Prix de Denain mi-avril. Il slalome, prend l'aspiration de chacun et double tout le monde assez facilement. Mais bon, c'est prendre beaucoup de risques et je ne veux en aucun cas me poser en donneur de leçons.

 

Vous vous rendez souvent sur le Tour ?

Rarement, étant donné que je passe tous mes étés au Japon depuis cinq ans. Mais j'ai un super souvenir d'adolescence sur l'étape Laval - Blois en 1999. Nous étions postés entre Forcé et Meslay-du-Maine, à 10 km de chez nous. C'est certainement mon père qui m'avait emmené. De mes yeux, j'ai vu Cipollini se dresser sur les pédales et, par des gestes des bras, appeler le peloton à calmer l'allure. En rentrant le soir, j'ai appris que l'étape avait battu le record de vitesse*.

 

Quel regard les spécialistes de la vitesse sur piste portent-ils sur les sprinteurs du Tour ?

Eh bien, on les considère comme des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant