Au Sénat, les écolos mettent déjà la pression sur le PS

le
0
Jean-Vincent Placé, tout juste élu dimanche sénateur de l'Essonne, a annoncé vendredi matin sa candidature au Plateau, la présidence du Sénat

«Ils va leur apprendre la vie», lâchait, caustique, il y a quelques jours un cadre écolo, en parlant de Jean-Vincent Placé et de sa relation au Parti socialiste. Déjà habitué aux rapports de force dans l'hémicycle du conseil régional d'Ile-de-France, où il est vice-président chargé des Transports, le numéro deux d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) est connu pour faire tourner bourrique le socialiste Jean-Paul Huchon...

Cette fois, le tout jeune sénateur de l'Essonne a décidé de défier le socialiste Jean-Pierre Bel à la présidence du Sénat ! Il l'a annoncé ce matin sur RTL. Ni plus, ni moins. Certes, Placé sait qu'il n'a aucune chance. Il n'ira d'ailleurs sans doute pas jusqu'au bout de sa démarche. Mais fort d'une équipe de désormais dix élus à la Haute Assemblée, «JVP», par cette annonce donc, a voulu faire acte «d'autonomie» vis-à-vis de ses amis socialistes.

Joint par Le Figaro, il confiait avoir été surpris de découvrir qu'il n'y avait pas besoin

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant