Au secours des ours blancs de la baie d'Hudson

le
0
Avec les changements climatiques qui réduisent leur terrain de chasse, les ours polaires sont de plus en plus maigres. Des biologistes canadiens proposent de les nourrir. Pas question, protestent les Inuits.

À Montréal

Les ours polaires ont faim. Avec les changements climatiques qui diminuent l'étendue des glaces dans les territoires arctiques, ces grands consommateurs de phoques et autres animaux marins ne peuvent plus se déplacer sur la banquise, leur lieu de chasse favori. «La malnutrition, qui atteint des échelles jamais vues jusqu'ici, peut mener à des déclins de population catastrophiques», s'est alarmé, devant l'agence Presse canadienne, le biologiste Andrew Derocher, professeur à l'université de l'Alberta.

Coauteur d'une étude avec une dizaine d'experts, Andrew Derocher propose, entre autres possibilités, de nourrir les grands mammifères avant qu'ils ne disparaissent. Ces experts ont calculé que donner à manger aux seuls ours du su...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant