Au salon Eurosatory, la guerre du futur

le
0
Au salon Eurosatory, la guerre du futur
Au salon Eurosatory, la guerre du futur

Comment les soldats combattront-ils lors des guerres de demain ? Alors que la menace terroriste est omniprésente en France et que jamais les foyers d’instabilité n’ont été si nombreux, la Défense se prépare. Chaque année, la Direction générale de l’armement (DGA) — rattachée au ministère de la Défense — investit 730 M€ pour développer des prototypes inédits et novateurs et proposer aux soldats du matériel de pointe.

Ces armes et autres équipements du futur sont exposés à l’occasion du salon Eurosatory qui se tient jusqu’à vendredi au parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis). Voici trois prototypes qui devraient changer profondément la vie des militaires sur le terrain.

L’exosquelette du soldat. Très régulièrement, les militaires sont amenés à porter de lourdes charges pendant de longues durées : obus de mortier, caisses de munitions, radios, etc. L’exosquelette Hercule va leur permettre de moins sentir ce poids. Grâce à de drôles de jambes métalliques fixées aux jambes du fantassin, la charge (jusqu’à 60 kg !) est en partie assurée par le robot ! Le soldat est soulagé, en particulier sur les terrains escarpés. La quatrième version de ce prototype développé par l’entreprise bourguignonne R3BM permet au soldat de tenir une arme ou un poste radio dans ses mains. Conçu à l’origine pour un usage strictement militaire, Hercule est également utilisé dans le génie civil ou le BTP.

Un blindé nommé Griffon. Le célèbre véhicule de l’avant blindé, alias le VAB, comme l’appellent les soldats, vit ses dernières opérations. Sa version modernisée, le Griffon, va désormais entrer en piste avec ses 24 t. Le futur blindé de l’armée de terre sera davantage protégé, avec un haut niveau de protection balistique (contre les mines et les engins explosifs improvisés), mais aussi plus agressif, avec sa mitrailleuse téléopérée ou son lance-grenades automatique de 40 mm. Plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant