Au salon du Cebit, les mots de passe se cherchent des remplaçants

le
0
Au salon du Cebit, les mots de passe se cherchent des remplaçants
Au salon du Cebit, les mots de passe se cherchent des remplaçants

Les mots de passe sont trop. Trop nombreux, trop compliqués ou trop peu sûrs. Au salon géant de la high-tech de Hanovre (nord), plusieurs sociétés proposent des alternatives pour s'identifier sur ses téléphone et ordinateur."Les mots de passe, cela ne marche pas aujourd'hui dans la vraie vie. Leur temps est compté", prophétise Steven Hope, directeur de la société Winfrasoft, sur le stand aux couleurs de l'Union Jack, le Royaume-Uni étant le pays invité de cette édition 2014 du Cebit, qui se déroule jusqu'à vendredi."Ils se font toujours pirater et chaque personne a 20,30 ou 60 mots de passe, tous différents. Personne ne s'en souvient", ajoute-t-il. Résultat, on finit par les noter quelque part, ce qui ferait bondir tout expert informatique. Sans parler du fait que les usagers font preuve de peu d'imagination, comme en Allemagne où "passwort" et "123456" sont les mots de passe les plus fréquemment utilisés, rappelle Hartwig von Sass, porte-parole du salon.Pour contourner le problème, Winfrasoft, créée en 2005 et installée à l'ouest de Londres, propose une application se basant sur un motif et un cadran à quatre couleurs rempli de chiffres, s'apparentant à une grille de Sudoku, dont les numéros changent chaque minute.Le propriétaire du téléphone définit, en choisissant six cases, un motif sur le cadran. Par exemple, les trois cases rouge du haut, deux vertes au centre et la jaune en bas à droite. Pour déverrouiller l'appareil, il faut taper sur le clavier (non sur le cadran) les six chiffres correspondant au motif, au moment présent."Il n'y a aucun moyen que quelqu'un voit quels chiffres vous êtes en train de regarder" sur le cadran et donc devine le motif, explique M. Hope, assurant que plusieurs milliards de combinaisons sont possibles avec cette application disponible pour les systèmes Apple, Windows ou Google.-Pas une alternative totale-Alors que les révélations sur les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant