Au salon des maires, Marine Le Pen parade avec ses élus

le
0
Au salon des maires, Marine Le Pen parade avec ses élus
Au salon des maires, Marine Le Pen parade avec ses élus

« Ben ils sont où nos maires ? » interpelle Marine Le Pen au moment de pénétrer dans les allées du parc des Expositions. Un regard autour d’elle, quelques secondes à patienter puis, en un rien de temps, c’est entourée d’un petit escadron d’élus frontistes que la candidate à l’Elysée a fait son entrée hier au congrès des maires. Histoire de marquer les esprits avant la venue de François Hollande aujourd’hui. Le président, lui, risque d’être chahuté par les élus locaux. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la présidente du FN lui a préparé le terrain à sa façon : « Il y a ici des milliers de maires, notamment de communes rurales, extrêmement inquiets. Et à juste titre, vitupère-t-elle, car les mesures mises en œuvre et bien souvent imposées leur posent des problèmes. »

 

La nièce vole la vedette à la tante

 

Elle pointe notamment du doigt les baisses des dotations de l’Etat, la désertification des campagnes et « la disparition forcée et programmée de nos communes » avec la fusion des territoires et le développement de l’intercommunalité. Du pain bénit pour celle qui fait campagne depuis des années sur le thème de « la France des oubliés ». Officiellement, pourtant, elle le jure, « la campagne n’a pas démarré ». Mais dans les travées du congrès des maires, c’est une Marine Le Pen résolument tournée vers 2017 qui a déambulé pendant deux heures à la rencontre des professionnels et des élus locaux. « Bravo ! » lui lance un adjoint au maire d’une petite commune de l’Oise, en croisant la patronne du FN devant un stand de fabrication « 100 % française » de drapeaux tricolores.

 

Mais un peu plus loin, une autre Le Pen lui fait concurrence au petit jeu des photos. C’est la députée Marion Maréchal-Le Pen, à la traîne dans le cortège frontiste, retenue par d’innombrables sollicitations. Elle s’en excuse presque, au bout d’un énième selfie avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant