Au salon CES de Las Vegas, le robot intelligent fait les yeux doux au grand public

le
0
Au salon CES de Las Vegas, le robot intelligent fait les yeux doux au grand public
Au salon CES de Las Vegas, le robot intelligent fait les yeux doux au grand public

(AFP) - Fée du logis, pédagogue ou animal de compagnie, le robot intelligent cherche à s'imposer dans nos foyers, au bureau et même à l'hôpital.L'édition 2014 du CES, la grand-messe annuelle de l'électronique grand public à Las Vegas, révèle déjà une poussée spectaculaire de la robotique dans variété de domaines.

Le secteur, qui a généré en 2012 un chiffre d'affaires mondial de 1,6 milliard de dollars, essentiellement dans les segments de l'aide-ménagère et du jeu, devrait en 2017 représenter un marché mondial de 6,5 milliards de dollars grâce à la forte croissance des segments du télétravail et de la sécurité, selon l'institut ABI Research.

La robotique grand public produit majoritairement des gadgets "mono-tâche" et progresse certes plus lentement que les tablettes et les smartphones, précise Philip Solis, analyste chez ABI.

Mais l'intérêt que lui porte désormais le géant Google, qui vient de racheter plusieurs sociétés du secteur, pourrait stimuler le développement de l'intelligence artificielle dans la robotique "multi-tâche", selon M. Solis.

Le salon de Las Vegas a donc eu cette année la primeur de plusieurs prototypes.

Bo et Yana, par exemple, deux mini-robots tenant dans la paume de la main, accompagnent les premiers pas de vos bambins dans le monde de la high-tech.

"Ils les initient par le jeu", explique à l'AFP Vikas Gupta, fondateur de la société californienne i-Play qui a conçu ces deux poupées "intelligentes".

Elles peuvent être programmées pour jouer ensemble, s'affronter ou jouer du xylophone.

"La musique est un excellent aiguillon" pour toutes sortes d'apprentissage, selon M. Gupta, qui veut "initier les gamins à l'informatique sans les accabler d'une multitude de données complexes".

Le tandem de robots présenté par M. Gupta s'adresse à un public de cinq ans et plus. Il a vu le jour grâce à un financement participatif, précise cet ancien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant