Au PSG, la chasse au supporter contestataire continue

le
0
Au PSG, la chasse au supporter contestataire continue
Au PSG, la chasse au supporter contestataire continue

Venus soutenir leur équipe féminine contre Wolfsburg en demi-finale retour de la Ligue des champions dimanche à Charléty, des supporters du PSG ont été refoulés à l'entrée. D'autres ont passé deux heures devant le stade, encadrés par des CRS relevant leur identité et les prenant en photo. Une semaine auparavant, ils avaient pourtant pu assister au match aller en Allemagne sans le moindre incident.

Anwar n'est arrivé devant le stade Charléty que depuis cinq minutes quand il est interpellé par un policier en civil lui demandant sa carte d'identité. "Il a noté mon nom et mon prénom avant de me laisser partir, explique le supporter parisien de 21 ans, qui souhaitait assister à la demi-finale retour de la Ligue des champions féminine entre le PSG et Wolfsburg, dimanche 26 avril à Paris. Je suis allé vers la billetterie pour acheter une place, mais un steward m'a bloqué. Il m'a dit : "Tu ne passes pas, c'est ce qu'on me dit dans l'oreillette. Je ne fais qu'appliquer les ordres."" Anwar en est persuadé, l'ordre vient de la direction du PSG. Depuis cinq ans et la mise en place du plan Leproux, il fait partie des nombreux contestataires de la politique du club de la capitale et de ses dirigeants qataris. "Ils avaient dû me voir au Parc contre Glasgow, suppose-t-il. J'étais déjà fiché."
"On n'est pas en France, ici c'est le Qatar"
Supporter frondeur boycottant le Parc des Princes depuis 2010, Alexandre* est lui aussi refoulé à l'entrée du stade. Arrivé discrètement avec sa place, sans signe de contestation ni maillot, cet ancien abonné de la tribune Boulogne est d'abord stoppé par un steward, tout comme un de ses amis. Motif invoqué ? Avoir assisté au quart de finale à Glasgow et à la demi-finale aller à Wolfsburg. Un non-sens pour le jeune homme de 23 ans qui tente alors d'accéder aux tribunes en achetant une place par une autre entrée. Mais là encore, refus catégorique. "Au moment de payer, un responsable de la sécurité est venu empêcher la vente, raconte-t-il. Il a dit : "Eux, tu ne leur vends rien." Et quand on lui a demandé des explications, il a répondu : "On n'est pas en France, vous savez bien. Ici, c'est le Qatar."" Une version confirmée par plusieurs supporters présents au moment de la discussion.

De retour du Stade Charléty où le @PSG_inside m'a refusé l'entrée et la sécurité poussé physiquement dehors... #RêvonsPlusGrand

— 汪雅轮 (@sars0u)




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant