Au PS, la campagne des primaires a commencé

le
0
Derrière la polémique sur le texte de Benoît Hamon sur l'égalité réelle, les candidats à l'investiture cherchent à se positionner

Grandes ambitions, petites manœuvres. Avec l'examen du texte controversé de Benoît Hamon sur l'égalité réelle, les socialistes sont entrés de plain-pied dans la campagne des primaires. «N'exagérons rien. Le PS est assez incorrigible, tout simplement», plaisante un membre de la direction. Mais quand même, au travers du vif débat qui a fait resurgir le clivage traditionnel entre l'aile gauche du parti et les réformistes, chacun s'est positionné pour la suite. «On est entré dans une nouvelle phase de différenciations. Si Dominique, Ségolène ou Benoît sont candidats aux primaires, il va y avoir des différenciations. Martine doit accepter que nous soyons dans cette phase-là, où une différenciation n'est pas une injure, pas une posture ou une incongruité», a plaidé l'ancien ministre Michel Sapin, proche de François Hollande.

C'est l'ancien premier secrétaire du PS qui s'est montré le plus virulent à l'encontre de Martine Aubry. Ce n'est pas surprenant. Sa stratü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant