Au PS, la bataille du congrès a commencé

le
0
Jean-Christophe Cambadélis et Harlem Désir sont candidats? si Martine Aubry s'en va.

Qu'importe si le lieu est austère et confiné, l'euphorie domine. Dans les sous-sols de l'Assemblée nationale, où se tenait mardi soir l'habituel bureau national post-électoral, les socialistes se hèlent, s'embrassent, s'esclaffent. Les anciens députés congratulent les nouveaux: «Ils sont 154 dans la nouvelle Assemblée!», lance Martine Aubry. Les ministres s'installent parmi leurs «camarades». Le premier ministre Jean-Marc Ayrault est là. Et l'Élysée a dépêché son conseiller chargé des relations avec les élus, Bernard Rullier. Sa «feuille de route» est simple: observer.

Depuis sa victoire, le PS a des problèmes de riches: qui pour la présidence de l'Assemblée? Qui pour la présidence du groupe? Qui... pour remplacer Martine Aubry? Car à l'automne aura lieu le congrès, du 26 au 28 octobre, même si le calendrier est jugé trop serré par l'aile gauche du parti. Plusieurs villes sont candidates pour l'accueillir: Pau, Saint-Étienne ou Toulouse, qui tient l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant