Au procès Colonna, les notes disparues du préfet Bonnet 

le
0
Le successeur de Claude Érignac avait remis des notes au procureur. Elles ne figurent pas au dossier. Les explications du juge Bruguière sont très attendues.

Ce maintien un peu roide, cette voix plus haut perchée qu'on ne l'attendait, ce débit aisé, cette propension - difficilement tenue en laisse - à l'autocélébration, cette gestuelle d'orateur professionnel qui rajuste mécaniquement le micro du pouce et de l'index pendant que, de la tête, il regarde alternativement à gauche et à droite avec la régularité d'un essuie-glace bien huilé, pas de doute, l'ancien préfet Bernard Bonnet est en grande forme.

Invité à livrer son témoignage au troisième procès d'Yvan Colonna, le successeur de Claude Érignac, assassiné le 6 février 1998, parvient presque à faire oublier son implication dans la pantalonnade des paillotes incendiées, un an plus tard. Son propos est plus clair que lors de ses précédentes prestations. Que dit-il ? Que le 18 novembre 1998, puis le 11 décembre suivant, il est venu à Paris rencontrer le procureur de la République de l'époque, Jean-Pierre Dintilhac. Il lui a remis des notes selon lesquelles

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant