Au premier jour de la «révolution du jasmin»

le
0
REPORTAGE - En Tunisie, des milliers de Tunisiens ont commémoré la mort de Mohammed Bouazizi à Sidi Bouzid.

De notre envoyé spécial à Sidi Bouzid.

Des dizaines de milliers de Tunisiens se sont rassemblés samedi à Sidi Bouzid, dans le centre du pays, pour commémorer l'an I de la «révolution du jasmin», à l'origine d'une année de bouleversements dans le monde arabe. Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, un marchand ambulant de fruits et légumes, s'était immolé par le feu pour dénoncer le harcèlement policier dont il faisait l'objet. Ce qui aurait pu rester un fait divers a été l'élément déclencheur d'une révolution, car le centre de la Tunisie souffrait de la pauvreté, du chômage, de la corruption et de la répression. Un an plus tard, Sidi Bouzid constate que la démocratie a trouvé sa place en Tunisie mais qu'elle n'a amené ni prospérité ni emplois. Depuis que Mohammed Bouazizi s'est immolé par le feu, le taux de chômage est passé de 13 à 18,3%, selon la banque centrale tunisienne. Chez les jeunes, il est bien plus élevé. Le taux de croissan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant