Au Portugal, le président arbitre de la crise politique

le
0
La crise politique portugaise, qui a provoqué de vives tensions sur les marchés, alors que la politique d'austérité du premier ministre, Pedro Passos Coelho, est de plus en plus contestée, pourrait se solder provisoirement par un remaniement ministériel.

Il y a trois semaines, la coalition de droite a failli voler en éclats à la suite de la démission du ministre des Finances, Vitor Gaspar, considéré comme l'homme de la troïka (BCE, FMI et UE), et du départ annoncé du ministre des Affaires étrangères, Paulo Portas. Cet allié de la coalition, par ailleurs chef du CDS-PP, critique les mesures de rigueur imposées par la troïka qui plombent l'économie.

Pedro Passos Coelho a tenté d'éteindre l'incendie en nommant Paulo Portas vice-président et en charge des relations avec la troïka. Sauf que le président de la République, Anibal Cavaco Silva, a alors refusé de donner son aval à cet accord, il est vrai un zeste bancal, et appelé à une union nationale. La semain...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant