Au pied du mur, Silvio Berlusconi se remet à espérer

le
0
S'il a obtenu une bouffée d'oxygène à Bruxelles, le président du Conseil a fort à faire pour se maintenir au pouvoir.
Depuis le sommet européen de Bruxelles, Silvio Berlusconi a retrouvé le sourire. «L'Europe a apprécié et approuvé notre programme de gouvernement pour les dix-huit prochains mois», a-t-il déclaré vendredi à la télévision. Réaffirmant qu'il entend bien aller jusqu'à la fin de la législature en avril 2013 et démentant qu'il ait souscrit un pacte avec Umberto Bossi, le leader de la Ligue du Nord, pour retourner aux urnes au printemps 2012. Il a invité l'opposition à «en finir avec la cantilène de la démission»: «L'Europe a besoin de stabilité. Faire tomber maintenant mon gouvernement et ouvrir une phase électorale en créant un vide du pouvoir provoquerait un dommage très grave à l'Italie et aux Italiens», a-t-il expliqué . «Bossi est un allié fidèle et pense comme moi, a-t-il insisté, tout le reste est rêve de l'opposition.»

La chaleureuse poignée de main d'Angela Merkel, qui avait traversé mercredi toute la salle du Conseil européen pour le saluer,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant